SpaceX : un échec pour une mission secrète

SpaceX-Imagery / Pixabay

Un satellite espion du gouvernement américain, affilié à la fusée Falcon 9 de SpaceX n’aurai pas réussi à se détacher de cette dernière, selon plusieurs médias. La société d’Elon Musk, spécialisé dans l’astronautique et le vol spatial, a quant à elle démenti.

En effet, dimanche soir, la société californienne avait annonçait que le premier lancement de sa fusée Falcon 9 fut un grand succès. Mais les événements ont pris une autre tournure en milieu de semaine. En effet, selon plusieurs médias américains, Falcon 9 abritait en son sein un satellite espion du gouvernement des Etats Unis, qui devait être mis en orbite par la fusée. Mais le satellite, construit par la société Northrop Grumman, n’a pas réussi à se séparer du deuxième étage de la fusée en partance de Cap Canaveral en Floride.

  • Vaporisé dans l’espace ou tombé en mer

Une enquête a été ouverte, ce qui n’empêche pas le Wall Street Journal d’avancer que le satellite serai tomber en mer ou aurait été pulvérisé dans l’espace. SpaceX, leader mondial des missions aérospatial, ayant réussi avec succès sa première opération avec le Falcon 9 en mai dernier, toujours pour le compte du gouvernement, plus précisément de l’armée cette fois, a été choisi par Northrop Grumman, un conglomérat américain, spécialisé dans le secteur de la défense.

SpaceX a démenti ces informations à travers un communiqué de Gwynne Shotwell, directrice général de la firme : “Après avoir examiné toutes les données du vol jusqu’à ce jour, le lanceur Falcon 9 a effectué correctement toutes les manœuvres dimanche soir. Si nous ou des tiers découvrons que ce n’est pas le cas après des analyses supplémentaires, nous en ferons part directement”. De quoi mettre les points sur les “i” ? Pas sûr.

  • Un contre temps pour Elon Musk ?

Si l’enquête plus poussée venait affirmer les doutes, se serait sûrement un problème pour SpaceX, qui compte augmenter le rythme de ses tirs de 50% en 2018. Soit un nombre de 25 à 30 missions spatiales environ. L’entreprise a, elle, assuré mardi que son calendrier de vols resterai le même. Notamment celui de son premier lanceur lourd, le Falcon Heavy à la fin de ce mois de janvier.

Tout a commencé dans la nuit du 22 décembre dernier, lorsqu’une étrange traînée blanche avait illuminé le ciel de Californie. Nombreuses ont été les spéculations, mais SpaceX, l’entreprise américaine d’astronautique et de vol spatial, a coupé court aux rumeurs. Ce spectacle troublant était en fait justifié par le lancement d’une fusée pour le compte de certaines entreprises américaine, mais aussi pour le compte du gouvernement américain.

Après la polémique de l’étrange traînée blanche dans le ciel de Californie le 22 décembre dernier, la société du multimillionnaire, Elon Musk refait parler d’elle. Ce qui doit ravir l’excentrique patron de Tesla, qui adore que l’on parle de ce qu’ils considèrent comme ses petits bébés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *