Les emprunteurs vont bien pouvoir changer d’assurance tout les ans.

stevepb / Pixabay

Ce vendredi matin, le Conseil constitutionnel a autorisé la résiliation annuelle de l’assurance-emprunteurs pour tous contrats d’assurance de prêt immobilier, en vigueur depuis le 1er janvier. En quoi cela consiste ? Quelles seront les économies possibles ?

Le secteur de l’assurance-emprunteur, qui a généré un chiffre d’affaires de 8,8 milliards d’euros, va se voir élargi et devra faire avec la concurrence des assureurs, après décision du Conseil constitutionnel. Cela veut dire que les particuliers vont pouvoir continuer a changer d’assurance tout les ans s’ils le souhaitent. Un enjeu de taille pour les banques, qui représentent plus de 85% des prêts immobiliers, ainsi que pour les compagnies d’assurances ainsi que les emprunteurs évidemment.

Qu’est-ce réellement qu’une assurance emprunteur ?

Il s’agit d’une assurance non-obligatoire, mais que les banques suggèrent fortement de souscrire dans l’optique d’une demande de prêt immobilier. Pour quelles raisons ? Car elles protègent de potentiels impayés dans les des cas tels qu’un accident, un décès ou encore un licenciement. Dans ces cas précis, l’assurance a pour utilité de rembourser le capital manquant.

Quels choix pour l’emprunteur ?

Ce dernier peut choisir entre l’assurance de sa banque ou celle de la concurrence, à vrai dire, la délégation d’assurance. La loi Sapin II permettait, aux emprunteurs, de résilier quand ils le souhaitaient leur contrat d’assurance-emprunteur, mais seulement lors de la première année. Maintenant, depuis le 1e janvier 2018, ils peuvent le résilier chaque année, sans justifications et sans frais.

Quelles sont les différences entre ces deux offres d’assurance ?

Celle que vous proposera votre banque sera légèrement plus chère que celle d’un concurrent. Le fait d’ouvrir ce secteur a la concurrence va permettre à, ceux qui le souhaitent, de faire entre 500 et 700 euros d’économies à l’année selon Martial Bourquin, sénateur socialiste, à l’origine de cette mesure.

Quelles économies puis-je espérer réaliser ?

Le fait que la concurrence va se renforcer devrait entraîner une baisse des prix. Mais tout ceci ne signifie pas forcément que tout emprunteurs a à y gagner en changeant d’assurance. Certains paramètres peuvent déjà vous faire économiser des milliers d’euros. Tels que le fait d’arrêter de fumer par exemple.

Doit-on prévoir une vague de changements ?

Même si, selon un sondage CSA, qui affirme que plus des deux tiers des Français ayant un projet immobilier, ont affirmé qu’ils n’hésiterais pas à faire faire jouer la concurrence, cela n’est pas certains. En effet, les gains ne sont pas aussi colossaux que ceux pour une renégociation de taux d’emprunt par exemple. Mais aussi car les emprunteurs, annoncés comme nombreux en ce début d’année 2018, sont plus attentif a leurs taux de crédit immobilier, et ont souvent tendance a laissé de côté l’analyse du taux d’assurance qui peut représenter, quand même, presque 30% du coût total du crédit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *